Location de vacances, photo 1Location de vacances, photo 2Location de vacances, photo 3Location de vacances, photo 4Location de vacances, photo 5

ACTUALITES

NOS COORDONNEES

Les Bruyères de Mont
58250 Montambert
France
Tél. 0652731304
Contact mail

L'abbaye de Fontenay est fondée en 1118 par Bernard de Clairvaux5. Elle est consacrée par le pape cistercien Eugène III le 21 septembre 1147 en présence de dix cardinaux, huit évêques et de nombreux abbés du jeune Ordre, dont celui de Clairvau

L'abbaye de Fontenay est fondée en 1118 par Bernard de Clairvaux5. Elle est consacrée par le pape cistercien Eugène III le 21 septembre 1147 en présence de dix cardinaux, huit évêques et de nombreux abbés du jeune Ordre, dont celui de Clairvaux6.
Le premier abbé est Geoffroi de la Roche-Vanneau, proche de Bernard de Clairvaux, dont il était cousin et l�??un des compagnons lorsque celui-ci entra à Cîteaux, l�??un des premiers moines de Clairvaux et bénéficiant toute sa vie de la confiance de l�??abbé de Clairvaux. Il démissionne en 1126 pour revenir à Clairvaux, où il remplace le prieur parti fonder Igny7. Il deviendra ensuite évêque de Langres où Bernard de Clairvaux le poussa et l�??installa, au péril de la querelle (« la tempête de Langres » selon le mot de Pierre le Vénérable) de 1139 à 1162 (date incertaine), avant de se retirer une nouvelle fois à Clairvaux pour y mourir en 1165.
Son successeur est Guillaume d�??�?piry (de Spiriaco), autre parent de Bernard de Clairvaux.
Sous son abbatiat, en 1131, Fontenay fonde l�??abbaye des �?charlis. Il reçoit, vraisemblablement en 1145, Ebrard ou Everard de Calne, évêque de Norwich consacré le 21 juin 1121, ancien chapelain du roi Henri Ier Beauclerc, qui se retire à Fontenay, peut-être pour expier des aliénations du temporel épiscopal8,9
Le troisième abbé est Arnaud de Bourgogne (vers 1154-1162). Bien qu'absent des généalogies ducales, certains auteurs font de lui un fils du duc Hugues II de Bourgogne, et donc un frère du duc Eudes II de Bourgogne, de Henri, évêque d'Autun et de Gautier, évêque de Langres10.
En 1170 : Bulle du pape Alexandre III qui confirme l'abbaye dans ses biens et permet aux moines d'élire un abbé.
Aux XIIe et XIIIe siècles, l'abbaye est très prospère, les moines y développent des activités métallurgiques et sidérurgiques. �? cette époque un hôtel particulier est bâti à Montbard pour l'abbé : le Petit Fontenet, qui sera plus tard occupé par Buffon.
En 1259, le roi de France Saint Louis exempte l'abbaye de tout droit fiscal.
En 1269, Fontenay devient abbaye royale : Les rois Jean II, puis Charles VIII, et Louis XII continueront ces largesses.
Malgré cette protection royale, elle est pillée à plusieurs reprises pendant les guerres qui ravagent la Bourgogne. Elle jouit d'une influence croissante jusqu'au XVIe siècle. Mais l'instauration du régime de la « commende », qui supprime l'élection des abbés par les moines au profit de l'arbitraire royal, marque le début du déclin.
�? partir du XVIIIe siècle, l'abbaye de Fontenay n'est plus que l'ombre de ce qu'elle avait été : les moines sont obligés, faute de pouvoir l'entretenir financièrement, de détruire le réfectoire. L'hôtel particulier de Montbard, le Petit Fontenet est vendu en 1768 au naturaliste Buffon qui y installe sa Bibliothèque et son laboratoire de Chimie. La Révolution ne chasse qu'une dizaine de moines de l'abbaye alors qu'elle en avait abrité plusieurs centaines.
En 1791, l'abbaye est vendue pour 78 000 francs, avec toutes ses terres à Claude Hugot qui la transforme en papeterie, elle le reste pendant près d'un siècle.
En 1820, elle devient la propriété d'�?lie de Montgolfier (de la famille des inventeurs de la montgolfière).
En 1906, l'abbaye est rachetée par �?douard Aynard (grand-père d'Andrée Putman), banquier lyonnais et amateur d'art. Entre 1905 et 1911 de grands travaux de restauration sont entrepris pour lui rendre son aspect médiéval. Les usines sont démolies, le sol de l'église dégagé sur 80 cm et l'aile gauche du cloître est remontée pierre par pierre.
En 1981, l'abbaye est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO.
En 2006, elle est toujours la propriété de la famille Aynard. On peut en visiter une grande partie.

<< Retour aux actus